// adaptation du texte dans le commentaires //

Françoise d’Eaubonne…

Tout ça n’empêche pas, Nicolette,

que Françoise n’est pas morte…

…en Commune

Colloque IMEC

Flash info

Le programme de la rencontre « Redécouvrir Françoise d’Eaubonne », qui se tiendra les 16, 17 et 18 novembre 2022, est disponible.

Cliquez sur l’image pour le découvrir, le télécharger et vous inscrire !

Dernier évènement
Dernier livre
Dernière presse
Dernier audiovisuel

Le sort des femmes est lié à celui des révolutions.

Prologue

« 12 mars 2020. Aujourd’hui j’ai 100 ans et je n’ai pas peur du coronavirus, parce que je suis déjà morte. Je m’appelle Françoise d’Eaubonne et j’ai inventé trois mots qui disent tout de ma vie : phallocrate, écoféminisme et sexocide. Le premier est entré dans le dictionnaire. Les deux autres grattent encore sur le paillasson de l’Académie française, où le féminin est aussi bienvenu qu’un poisson dans un magasin de bicyclettes. J’ai traversé le XXe siècle en météore : enfant prodige, résistante, communiste, militante anticolonialiste, féministe et partisane de la cause homosexuelle alors que je n’étais pas lesbienne, écologiste avant l’heure et poseuse de bombe à mes heures, j’ai écrit une centaine de livres : poésie, essais, romans, biographies, pamphlets… ma devise était « nulla dies sine linea », « pas un jour sans une ligne » – un souci dont la mort m’a délivrée le 3 août 2005, dans une indifférence quasi générale. »

Voici comment j’avais imaginé ouvrir la biographie romancée de Françoise d’Eaubonne quand j’ai décidé de me lancer dans cette étrange aventure au début de l’année 2020.

Raconter la vie d’une pionnière oubliée de l’écoféminisme en pleine épidémie de coronavirus, alors que la planète était en feu et que le féminisme renaissait de ses cendres me paraissait alors une bonne idée, d’autant que j’avais avec elle quelques points communs – comme le fait que j’étais sa jumelle astrale, puisque j’ai vu le jour moi aussi un 12 mars.

La faire parler à la première personne était un clin d’œil à son œuvre. Grande biographe, à côté de son activisme politique, Françoise d’Eaubonne avait l’habitude de se glisser dans la peau de ses personnages, quitte d’ailleurs à se répéter.

(…) Vous vous demandez certainement pourquoi j’avais décidé d’écrire la biographie de Françoise d’Eaubonne, alors que (presque) tout le monde l’avait oubliée, et qu’on ne trouvait, l’année de son centenaire, pratiquement aucun de ses livres en librairie. Eh bien la première raison était précisément que tout le monde l’avait oubliée. Un tel effacement était tout de même surprenant quand on savait qu’elle avait écrit cent livres et inventé un concept aussi révolutionnaire que celui de l’écoféminisme. (…)

Extrait du prologue de L’Amazone verte par Élise Thiébaut 

La planète ne fait que 40 000 km de tour…

…et tout le génie humain ne lui en ajoutera jamais un seul.

Françoise d’Eaubonne, c’est toute une galaxie. Aussi vous nous pardonnerez si un certain nombre de liens ne sont pas encore actifs, il y a tant à faire !

Mais, promis, nous y travaillons !

Quand protester ne suffit plus

On le sait depuis les recherches faites ces dernières années dans le fonds Françoise d'Eaubonne détenu à l’IMEC...

Françoise fait bonne impression

Vincent nous en parlait, récemment. Socialter va bientôt sortir le numéro 2 de sa revue Bascules, qui comportera, sur...

Histoire de l’Art et lutte des Sexes

"Puisque notre impasse politique et économique est aussi une panne intellectuelle, Socialter entend proposer des idées...

Xavière Gauthier, féministe et antinucléaire

Dans son édition du 14 août, Ouest-France nous livre une interview de Xavière Gauthier, féministe, antinucléaire et...

Lapinisme phallocratique

La quatrième partie de cet intéressant (comme toujours) dossier de Reporterre commence ainsi : Il faut faire une «...

Comment nous pourrions vivre

C'est le titre du dernier numéro spécial de Socialter, dont Corinne Morel-Darleux est rédac-chef. Parmi de nombreux...

Geneviève Pruvost, invitée de Reporterre

Sociologue du travail et du genre au Centre d’étude des mouvements sociaux (EHESS), Geneviève Pruvost a été récemment...

Écoféminisme et lutte anti-spécisme

Ballast, revue numérique, vient de publier un texte posant la question « d’intégrer les animaux à l’ensemble de nos...

Françoise et Le Casse-noix

En 1976-1977, des débats agitaient le mouvement anti-nucléaire, et notamment l’hebdomadaire écologiste La Gueule...

Le pouvoir pourrit l’imagination

Témoignages, journal fondé en 1944 à La Réunion par le docteur Raymond Vergès (père de l’avocat Jacques Vergès), a...