// adaptation du texte dans le commentaires // // Mise en forme blog Voisinage
Accueil 9 Traces sur Françoise 9 Scènes et films

En films et sur scène

Reportages et réalisations artistiques

2023 : Évocation de la pièce "Françoise ! ...", sur Station B

À l’occasion des Journées du Matrimoine, Coline et Flora Pilet de la Cie Noesis sont venues évoquer leur spectacle Françoise, une traversée écoféministe à la (re)découverte de  Françoise d’Eaubonne, qu’elles présentaient au Musée des Beaux Arts de Caen.

Coline et Flora nous racontent en 35 minutes (et bien !) la genèse de cette création, leur sororité et leur lien avec Françoise. Un joli moment de radio.

Vous pouvez retrouver Station B ici, que nous remercions pour l’autorisation d’intégration de l’émission sur le site. Et là, ce sont les dates du spectacle, si voulez en savoir plus c’est ici.

2023 : "Troubles", de Virginie Despentes
2023 Troubles

Après le Requiem des innocents de Calaferte et Viril en 2022, Virginie Despentes, avec Béatrice Dalle, Casey et le groupe Zero, crée Troubles, “plus ou moins d’une lecture de ma bibliothèque queer“, dit-elle, en articulant des textes de Donna Harraway, Audre Lord, Dorothy Allison, Jean Genet, Angela Davis, Paul B.Preciado, Alana S.Portero, Pedro Lemebel… et Françoise d’Eaubonne.

Comme on s’en doute, ce n’est pas un délassement formaté pour fin de semaine trop stressante au bureau. Lorsque le trio Despentes/Dalle/Casey a scandé l’appel à la grève de la procréation de Françoise, porté par la musique de Zero et la pulse de cinq cent personnes derrière moi, celleux qui me connaissent devineront sans peine ma réaction… (Vincent)

Ci-joint une présentation. Il faut réserver vite, c’est complet des mois avant.

Mars 2023 : "Françoise d'Eaubonne, une épopée écoféministe", un film de Manon Aubel

Coproduction Sancho & Co et France Télévision

Dans les années 1970, Françoise d’Eaubonne détonne dans le paysage intellectuel français. À 50 ans, elle a déjà remporté plusieurs prix littéraires et publié une quarantaine de romans et essais, mais reprend de plus belle son combat militant. Elle est la première à définir l’écoféminisme, dénonçant l’oppression commune des femmes et de la planète comme conséquence du patriarcat. Elle participe aux actions du MLF, à la création du FHAR (front homosexuel d’action révolutionnaire) et théorise la contre-violence, allant jusqu’à saboter le chantier de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Ce film présente pour la première fois des documents inédits. Puisant librement dans les manuscrits et archives photographiques qu’elle a légués à l’Institut Mémoire de l’Édition contemporaine, ses proches et des chercheuses, historiennes, éditrices, commentent la résonance de son héritage féministe et écologiste.

Avec la participation de Marie-Jo Bonnet, Isabelle Cambourakis, Caroline Goldblum, Élise Thiébaut, David Dufresne, Alain Lezongar et Vincent d’Eaubonne.

Vous pouvez commander le film ICI ! 

2022 : "Françoise ! Une traversée écoféministe à la (re)découverte de Françoise D'Eaubonne", par Coline et Flora Pilet
Françoise !

Janvier 2022, nous sommes en pleine préparation de la rencontre internationale de 3 jours qui sera consacrée à Françoise à la fin de la même année. Parmi toutes les propositions artistiques, l’une  retient particulièrement notre attention :

… Cela fait donc quatre jours que je cogite et que je ne peux pas ne pas proposer quelque chose. Je suis danseuse et chorégraphe, ma soeur est comédienne et metteuse en scène, cela fait des années que nous voulons travailler toutes les deux… Notre mère disait régulièrement en pleurant ou s’énervant qu’elle avait mal à la Terre. Malheureusement pour elle, le mouvement éco-féministe était encore trop marginal en France et elle ne connaissait pas Françoise d’Eaubonne…

… Nous ne savons absolument pas quelle forme cela prendra, nous pouvons juste espérer, comme Françoise d’Eaubonne le disait elle-même dans un portrait sonore qui lui était consacrée : « J’espère qu’on dira de moi : qu’est-ce qu’elle a pu nous faire rire ! Et j’espère avoir rendu service à quelqu’un en l’aidant à être libre. »

Ce sont ces quelques mots qui ont tout décidé, à l’instinct. Au colloque, Coline et Flora nous présentent donc les 20 premières minutes. L’émotion et l’enthousiasme sont unanimes, elles incarnent l’esprit et le corps de Françoise de manière bouleversante. Depuis, le projet abouti trace sa route. Ci-joint : le dossier. Et là, les dates

2021 : La danse sous le prisme de l'écoféminisme

Une causerie du CDCN

1976 : "L'inspecteur Harry" évoque l'action de Françoise

« Mais quel rapport ça a ? » En 1976 sort le film L’Inspecteur Harry ne renonce jamais (titre original : The Enforcer). Clint Eastwood y incarne un flic macho, misogyne et brutal, fier d’être un mâle, qui enquête sur un groupe de ravisseurs qui a kidnappé le maire de San Francisco. À deux reprises durant le film est mentionné le sabotage de la centrale nucléaire de Fessenheim alors en construction, sans que cet acte ait un rapport quelconque avec l’action des ravisseurs.

Françoise écrira plus tard dans son journal intime combien elle a ri dans la salle de cinéma où elle a vu plusieurs fois de suite ce film sans grand intérêt. Les autres spectatrices-teurs devaient bien se demander pourquoi une telle effusion de joie.