// adaptation du texte dans le commentaires // // A SUIVRE

Dialogue entre la Jineolojî et Françoise d’Eaubonne

Par Alain

Fils adoptif de Françoise, heureux de contribuer à faire vivre sa pensée et son œuvre.

Publié le 03/04/2023

Un des moments forts du colloque Redécouvrir Françoise d’Eaubonne qui s’est tenu, les 16, 17 et 18 novembre 2022 à l’Université de Caen et à l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine, a été la conférence Imaginer le monde demain avec Françoise d’Eaubonne, présentée par Vincent, dégoupilleur de matrimoine.

« Imaginer le monde de demain et bâtir des coalitions écoféministes, voilà à quoi aspirait Françoise qui rêvait de voir les femmes prendre le pouvoir, non pour le reproduire en miroir du patriarcat, dans un système de domination à l’inverse, mais pour le détruire, et qui souhaitait voir advenir “le non pouvoir aux femmes afin que la planète reverdisse pour tous”. Ce qui passe par des coalitions à l’échelle planétaire. »

À cette occasion, Pauline Langlois et Sarah Marcha du Centre de Jineolojî de Bruxelles nous ont présenté la Jineolojî. Qu’est-ce que la Jineolojî, cette « science des femmes » ? Ce terme est composé du mot kurde “jin” qui veut dire femme et partage sa racine avec le mot vie, « jiyan », ainsi que du mot “loji” qui vient du grec, « logos » signifiant discours, raison, science. Le site web du Centre en donne une présentation plus élaborée et souligne notamment que :

« La Jineolojî ambitionne de faire émerger les dynamiques sociales et de les graver dans l’esprit de l’époque. Dans une perspective révolutionnaire, elle vise à entreprendre la société, sans catégorisations, en sorte que cette dernière serve ses dynamiques propres. Elle croit en la capacité des femmes qui sauront décider librement que faire, qui être, comment vivre dans cette société-là. »

Pauline Langlois et Sarah Marcha ont donc développé lors de cette conférence ce qu’est la science des femmes et de la vie développée par le mouvement des femmes kurdes depuis 2011 et son lien avec Françoise d’Eaubonne.

La vidéo de la conférence est disponible sur le site du Centre.

Quelques articles…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *