// adaptation du texte dans le commentaires //

Redécouvrir Françoise d’Eaubonne

Par Alain

Fils adoptif de Françoise, heureux de contribuer à faire vivre sa pensée et son œuvre.

Publié le 22/11/2022

Par Alain

Le colloque qui s’est tenu du 16 au 18 novembre à l’IMEC et à l’Université de Caen a été tellement réussi que je ne sais pas trop quoi en dire ici, tant j’en aurais à raconter. Trois journées d’interventions diverses et passionnantes, de rencontres multiples, de chaleur humaine, d’émotion…, à l’image de Françoise. La bienveillance était de rigueur, la bonne humeur aussi, et l’écoféminisme était pour tous·tes une évidence à développer. Toutes les interventions ont été au minimum intéressantes, voire bien souvent passionnantes. Durant ces trois journées, nous avons rencontré de très belles personnes : Geneviève Pruvost, Isabelle Cambourakis, Caroline Goldblum, Danielle Roth-Johnson (venue du Nevada, avec sa fille), Nicolas Longtin-Martel (venu de Montréal), Élise Thiébaut, Aurore Turbiau, Vanessa Springora, Christine Villeneuve, Marie-Jo Bonnet, Karine Lanini, Fabienne Dumont, Ruth Hottell, Noémie Moutel, et bien d’autres. Jeudi matin, deux jeunes artistes, deux sœurs, Coline et Flora Pilet (voir photo ci-dessus), nous ont proposé un portrait de Françoise dans une performance absolument saisissante ; colère, tendresse, révolte, histoire de Françoise et histoires personnelles mêlées, danse, cris, amour… J’étais au deuxième rang et je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer d’émotion ; j’avais beau essayer de me contrôler, rien à faire, la performance était si puissante, si juste, si émouvante, que j’en étais bouleversé. Et quel n’a pas été mon étonnement quand, à la fin de leur intervention, me retournant pour voir le reste de la salle, je me suis aperçu que tout le monde était en larmes… Manon Aubel nous a présenté, en avant-première, son documentaire de 52 minutes qui sera diffusé en mars prochain à la télévision, Françoise d’Eaubonne, une épopée écoféministe. Bref, un succès au-delà de nos espérances.

« Comme si, durant un temps privilégié, nous avions pu tenir un peu à distance le patriarcat, ses jeux de pouvoir et de représentation… La présence de Françoise, et ce que toutes ensemble nous défendons, va s’en trouver très enrichie, nombre d’initiatives nouvelles allant voir le jour. » (Vincent).

2 Commentaires

  1. Elise Thiébaut

    Merci Alain ! À très vite pour de nouvelles aventures 😍

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[et_bloom_inline optin_id= »optin_4″]