Le Féminisme ou la Mort en édition de poche

Par Vincent

Fils de Françoise, je m'active avec d'autres à faire connaitre sa vie et sa pensée, et à la prolonger dans la mesure de mes moyens.

Publié le 05/04/2024

Sortie ce 5 avril en version poche du titre édité par Le Passager Clandestin. Comme elles nous y ont habitué, les éditrices ont réalisé un travail de qualité : couverture plaisante, reliure à l’apparence solide, voilà un livre bien fabriqué. Quant au contenu en 352 pages, il est identique à l’édition précédente. Et ce n’est peut-être pas un hasard s’il ressort un mois avant l’arrivée d’un essentiel, toujours au Passager : Pour une politique écoféministe d’Ariel Saleh, enfin traduit, qui a tant à voir avec lui : Françoise formulait avec brio, Ariel Saleh analyse et enracine avec puissance.

Initialement paru en 1974, Le Féminisme ou la Mort, fondateur, ouvre de nouvelles perspectives pour les luttes écologistes et féministes, dont Françoise nous dit qu’elles sont appelées à se rejoindre dans le combat contre le patriarcat qui, dans un même mouvement, soumet les femmes et détruit la planète.

Dans ce livre au titre clin d’œil à celui de René Dumont L’Utopie ou la Mort, Françoise annonce ce qui est aujourd’hui une réalité : la destruction du monde par le productivisme et le pouvoir. Le capital, aujourd’hui néolibéral, n’est que “la pointe de l’arme qui nous blesse et nous déchire : son manche se perd dans la nuit des temps”.  Elle détaillera deux ans plus tard sa vision anthropologique dans Les Femmes avant le patriarcat.

Mettre en lumière les femmes
Mettre en lumière les femmes

Une salle comble, un public – largement féminin – très intéressé et réactif, tel a été l’accueil des deux projections...

Françoise en livre de poche
Françoise en livre de poche

Le 15 septembre 2023, retrouvez Françoise en livre de poche, aux éditions Points, dans votre librairie préférée : Je...

Françoise aux Journées du Matrimoine
Françoise aux Journées du Matrimoine

  Cette année, les Journées du Matrimoine rendront femmage à Françoise d’Eaubonne. Comme nous vous l’avons déjà...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.