// adaptation du texte dans le commentaires //

Françoise fait le tour du monde

Par Alain

Fils adoptif de Françoise, heureux de contribuer à faire vivre sa pensée et son œuvre.

Publié le 10/03/2022

Par Alain

À l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, Françoise d’Eaubonne – pour notre plus grand plaisir – a fait un petit tour du monde près de 17 ans après l’avoir quitté.

Espagne. La campagne #VocesVerdesyVioletas, qui s’est déroulée le 8 mars, a été lancée à l’initiative du Conseil des jeunes de Castille-et-León en collaboration avec la Direction générale de la femme du ministère de la Famille et de l’Égalité.

La campagne #VocesVerdesyVioletas vise à sensibiliser la jeunesse au mouvement écoféministe, ainsi qu’à valoriser et à faire connaître certaines des femmes de premier plan de ce mouvement.

C’est pourquoi sur l’affiche de cette campagne (voir plus haut) on peut reconnaître Françoise d’Eaubonne aux côtés de Vandana Shiva, de Wangari Maatha et d’autres femmes en lutte.

Portugal. L’Alliance française a célébré la journée du 8 mars par une série de manifestations, dont un débat sur « l’écologie et le féminisme ».

C’est une écrivaine française, Françoise d’Eaubonne, qui a introduit pour la première fois le terme « écoféminisme » en 1974 afin « d’attirer l’attention sur le potentiel des femmes à mener une révolution écologique ». Ce concept devrait à l’origine permettre « d’explorer la nature des liens entre la domination injustifiée sur les femmes et la nature » et, plus généralement, montrer que le patriarcat et le capitalisme oppriment la nature autant que les femmes.

Grande-Bretagne. Julie Gorecki vient de publier chez l’éditeur Verso un article en ligne consacré à l’écoféminisme selon Françoise d’Eaubonne. Après avoir avoir abordé Le Féminisme ou la Mort (dont la traduction anglaise par Ruth Hottell paraît ce mois-ci chez le même éditeur) et Écologie/Féminisme, révolution ou mutation ?, Julie Gorecki  se tourne vers le présent.

D’un point de vue féministe, nous avons assisté à une escalade des attaques contre les droits reproductifs et la santé dans le monde entier, à une crise transfrontalière du féminicide et à la poursuite de la subordination mondiale de tous les corps et de tous les pouvoirs des femmes (cis et trans). Ce sont des formes actuelles de domination sexospécifique qui ressemblent de manière frappante à ce que d’Eaubonne a dénoncé en 1974.

Toujours chez Verso, Caroline Goldblum présente la parution aux États-Unis de la traduction anglaise du Féminisme ou la Mort.

C’est une réelle satisfaction pour moi de savoir que Feminism or Death sera finalement publié aux États-Unis près de cinquante ans après sa première publication en France en 1974. Grâce à une nouvelle vague de féminisme et à une plus grande prise de conscience des questions climatiques mises en évidence par une jeune génération comme Greta Thunberg, Françoise d’Eaubonne et sa théorie écoféministe bénéficient d’un nouvel intérêt et l’éradiquent de l’oubli dans lequel elle était tombée.

Mexique. Qu’est-ce que l’écoféminisme et pourquoi reconnaître son combat ?, demande El Financiero.

Françoise d’Eaubonne parle d’une domination indiscutable de l’homme dans toutes les sphères de gouvernement et dans toutes les institutions qui ont conduit à la crise socio-environnementale. Cela a permis de poser toutes les bases de ce modèle de développement dans lequel nous vivons, qui dépend du développement, de la production et de l’exploitation prédatrice qui profite de la nature mais aussi du travail des femmes.

France. Sud-Ouest, lui aussi, se pose la question de savoir ce qu’est l’écoféminisme. Le quotidien souligne qu’après « avoir fait des émules à l’étranger, l’écoféminisme fait son grand retour en France ».

L’accélération de la prise de conscience écologique et la libération de la parole des femmes, notamment avec le mouvement #MeToo dénonçant les prédateurs sexuels […], ont remis sur le devant de la scène ce concept né il y a plus de quarante ans.

Sur Twitter. De son côté, le journaliste David Dufresne, suivi par plus de 129 000 followers, a annoncé la mise au monde de notre site.

1 Commentaire

  1. Vincent

    Bravo Alain pour cette compilation ! Comme nous le savons, ce n’est que la partie émergée du grand iceberg Françoise d’Eaubonne. Autour de sa pensée et son œuvre tant de choses se passent dans le monde sans que nous ne soyons au courant.

    Ce qui est d’ailleurs très bien ! Nous sommes des impulsaires parmi d’autres, et certainement pas les gardiens du temple !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[et_bloom_inline optin_id= »optin_4″]